Leader

Océan Indien

DINESH GAJEELEE, GOUVERNEUR DU DISTRICT 9220 DU ROTARY : « Pour le Rotary, l’entreprise a un rôle clé à jouer en faveur de la communauté »

15 nov 2021 | PAR Jean-Michel Durand | N°363
Le Mauricien Dinesh Gajeelee est depuis le 1er juillet 2021 le gouverneur du district 9220 du Rotary international qui couvre les îles de notre région et Djibouti. Face aux graves conséquences socio-économiques de la Covid-19, il veut faire de cette organisation un élément clé du soutien à la communauté.
« Dans un monde en rémission sanitaire et économique, notre belle devise, « Servir d’abord », prend tout son sens. »
« Dans un monde en rémission sanitaire et économique, notre belle devise, « Servir d’abord », prend tout son sens.  »     ©Droits réservés
 


« C’est un très grand honneur et j’espère, au cours de mon mandat, contribuer à améliorer, voire changer des vies. Mettre ses compétences, son temps et son énergie au service des autres et du club est pour moi l’un des actes les plus nobles », confie
Dinesh Gajeelee, le nouveau gouverneur du district 9220 du Rotary. Désignés par les clubs de leur district deux à trois ans avant leur prise de fonction, les gouverneurs ont pour mission de soutenir, renforcer et motiver les actions et participations des 34 500 clubs Rotary, répartis en 530 districts, dans le monde. Le district 9220 compte 75 clubs comprenant 1 647 membres. Il y a aussi 34 clubs Rotaract qui regroupent 590 jeunes de 18 à 31 ans. Dinesh Gajeelee a rejoint le Rotary en 2000 en intégrant le club de Grand Baie (nord de Maurice). Il y occupera plusieurs fonctions et en sera président en 2003-2004. À l’origine du Rotary Club Haute Rive (est de l’île), il en sera le président entre 2017 et 2018. 
En deux décennies, Dinesh Gajeelee a, entre autres, contribué à la création d’une unité de développement communautaire ; de cinq Rotaract et de deux Interact Clubs (destinés aux 12-18 ans) et de plusieurs clubs à Maurice. Après avoir servi la zone 20A (Afrique francophone et océan Indien) entre 2012 et 2014, comme adjoint coordinateur du Rotary pour l’image publique, ce directeur d’une entreprise de communication est nommé par le Rotary International Rotary Public Image Coordinator (RPIC) de 2014 à 2017. Il est intervenu régulièrement dans des séminaires de formation, les assemblées et conférences de ces districts francophones. 
Marié à Radha depuis 2002, ils sont tous les deux Paul Harris Fellow (PHF), une distinction portant le nom du fondateur de l’organisation et qui récompense le dévouement de certains rotariens. 
 
Les personnes formées se mettent au service de la collectivité, proposant à leur tour des activités de réseautage, des conseils et des formations.
Les personnes formées se mettent au service de la collectivité, proposant à leur tour des activités de réseautage, des conseils et des formations.   ©Rotary International/Monika Lozinska
 

Ses priorités en 2021-2022 

Outre l’éducation, l’environnement, la santé, le développement économique et local ou encore la paix, les priorités de Dinesh sont multiples. Il veut aider les clubs à recruter et fidéliser les membres. Entre 2008 à 2018, 1,1 million de nouveaux membres ont rejoint le Rotary dans le monde. Mais les effectifs sont restés stables, à 1 219 000 membres. Ce paradoxe s’explique car « la société et les attentes changent vite. C’est donc à nous de changer avec elles !, reconnaît Dinesh Gajeelee. Il faut porter plus d’intérêt aux membres en les impliquant chacun dans le club. Il faut assurer de la proposition de valeurs pour éviter de les voir partir après deux ou trois ans. » 
Autre volet important de ses priorités : le rôle du Rotary dans ce monde post-covid. Selon la Banque mondiale, 88 millions de personnes dans le monde ont basculé, en 2020, dans l’extrême pauvreté du fait du coronavirus. « Et notre district n’échappe pas malheureusement aux conséquences économiques et sociales de la pandémie. » À Djibouti, la croissance du PIB réel a ralenti jusqu’à 1,4 % en 2020 contre 7,8 % en 2019 ; quant à Madagascar, la pandémie a mis un frein aux quatre années de croissance économique ! Pour le Rotary, l’emploi est le moyen le plus sûr pour améliorer sa vie. « Le Rotary estime depuis sa création que l’entreprise a un rôle clé à jouer pour soutenir la communauté. C’est ce qui nous distingue d’autres associations et organisations. »
La création d’emplois est essentielle pour venir à bout de la pauvreté. « Pour cela, nous, rotariens, nous proposons des formations, participons à la création d’emplois valorisants et favorisons l’accès aux institutions financières. Les entrepreneurs contactés utilisent des micro-crédits pour développer leur activité grâce notamment à la Fondation Rotary. » Les personnes formées se mettent au service de la collectivité, proposant à leur tour des activités de réseautage, des conseils sur la création d’entreprise et des formations à la gestion financière.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

DINESH GAJEELEE, GOUVERNEUR DU DISTRICT 9220 DU ROTARY : « Pour le Rotary, l’entreprise a un rôle clé à jouer en faveur de la communauté »

« Dans un monde en rémission sanitaire et économique, notre belle devise, « Servir d’abord », prend tout son sens.  »     ©Droits réservés   « C’est un très grand honneur et j’espère, au cours de mon mandat, contribuer à améliorer, voire changer des vies. Mettre ses compétences, son temps et son énergie au service des autres et du club est pour moi l’un des...