Green

Monde

Est-ce possible ?

« Ce qui est, est. Ce qui n’est pas, est possible ! » Ou autrement dit : « Un adieu à la vérité certaine ». Ça bouge vite, beaucoup et pas toujours comme nous l’aurions souhaité. D’où l’intérêt de l’approche « systémique constructiviste ».

Dans mon métier d’Executive Coach (comme accompagnatrice des décideurs dans leur vie professionnelle), nombreux sont ceux qui viennent me voir pour chercher des solutions prêtes à l’emploi afin de gérer leurs enjeux. Or le coach ne croit pas beaucoup aux recettes toutes faites et applicables à tous, et encore moins aux solutions binaires pour résoudre des problématiques complexes. Je propose dans ces cas l’approche « systémique constructiviste » pour aider mon client à avoir une autre vision de son problème en prenant en compte sa personne, son rôle et l’organisation dans laquelle il évolue. Cette approche nous permet de changer de perspective et nous donne la capacité d’élever notre regard afin de voir l’ensemble avec une certaine distance. 

IL FAUT PRENDRE DE L’ALTITUDE

Imaginez que vous soyez un tangue (notre hérisson « péi »), limité par son regard au ras du sol, qui ne lui permet pas de voir plus loin que le bout de son nez. Le questionnement systémique de nos « vérités » (qui sont souvent des croyances) nous permet de nous élever tel un « paille en queue » (pour rester sous nos latitudes). Grâce à cette hauteur et à cette distance, dans un contexte élargi, nous avons la possibilité de prendre conscience et de comprendre des choses dans leur ensemble.
Dans le Talmud, il est dit : « Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont, mais nous les voyons telles que nous sommes. » Ceci implique qu’il n’y a pas UNE vérité, mais de multiples vérités qui dépendent de nos regards et de nos choix. 
Nous sommes convaincus que les choses sont ainsi et pas autrement. Or, en explorant les « impossibles possibles », nous nous offrons une tout autre perspective avec la capacité d'envisager des solutions que nous ne nous étions pas permis d'envisager auparavant. 
La « systémique constructiviste » part du principe que toute personne se représente la réalité de façon subjective. Cette « réalité » est conditionnée par notre vision du monde et la façon dont nous la percevons en nous basant sur nos impressions.

UN CHANGEMENT DE PERSPECTIVE

Selon nos relations et notre histoire personnelle, avec toutes nos expériences et impressions accumulées, des structures et des modèles émergent et nous agissons et, parfois, jugeons sur ces bases. En conséquence, nous nous façonnons une perspective individuelle qui se fonde sur notre expérience et nos jugements intérieurs. Nous voyons toujours uniquement ce qui permet l’ouverture de notre fenêtre de visualisation. Un changement de perspective et l’élargissement du champ perceptif peuvent ainsi être très utiles pour diminuer nos blocages et conflits internes afin d’améliorer nos propres marges de manœuvre. 
Prenez l’image d’un bac de pièces de lego, qui représente l’ensemble des faits observables de la situation sur laquelle vous vous interrogez ou qui vous préoccupe. Selon notre personnalité, nous choisissons un certain nombre de pièces de lego et nous construisons notre propre réalité selon ces pièces. Il peut être judicieux de remettre les pièces initialement choisies dans le bac pour les remplacer par d’autres afin de construire d’autre réalités et observer ce qui se passe au plan de notre perception en mode « paille en queue ». 

DES APPROCHES SIMPLES POUR DES SITUATIONS COMPLEXES

Posez-vous la question : « Qu’est-ce que je peux faire différemment, qu’est-ce que cette nouvelle construction m’apprend, comment l’utiliser pour me sortir de cette impasse et prendre de la hauteur ? » Et expérimenter ainsi un changement de posture pour ouvrir le « champ des possibles ». Des situations complexes nécessitent parfois des approches simples, comme le design qui doit apporter une réponse évidente à un besoin complexe, ce qui ne se fait pas sans labeur. Amusez-vous bien !

 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Est-ce possible ?

Dans mon métier d’Executive Coach (comme accompagnatrice des décideurs dans leur vie professionnelle), nombreux sont ceux qui viennent me voir pour chercher des solutions prêtes à l’emploi afin de gérer leurs enjeux. Or le coach ne croit pas beaucoup aux recettes toutes faites et applicables à tous, et encore moins aux solutions binaires pour résoudre des problématiques complexes. Je p...