Le MBA International Paris (MBA IP) fête ses 10 ans - Performance - Ecoaustral.com

Performance

Maurice

Le MBA International Paris (MBA IP) fête ses 10 ans

23 avr 2015 | PAR Jean-Michel Durand
Cette formation de haut niveau a produit plus de 170 diplômés sur 8 promotions. – Noor Adam-Essack
Dix ans après son lancement, Nathalie Job, la directrice de Analysis Institute of Management qui propose le MBA IP, s’explique sur les atouts de cette formation de haut niveau qui vise les managers de notre région.

L’Eco austral : Pourquoi et comment avoir fait le choix de créer ce diplôme ?

Nathalie Job : En 2005, le panorama de la formation exécutive était assez limité. Seuls des MBA à distance avec des universités britanniques ou sud-africaines étaient possibles. Ces formations organisaient quelques regroupements présentiels. 
Mais pas du tout de la même envergure que le MBA IP. Nous privilégions les échanges en face-à-face avec des experts internationaux, sur plus de 300 heures, et surtout sur 16 mois.
Par ailleurs, nous étions (et sommes toujours) persuadés qu'une grande partie de la richesse et de la force de Maurice de demain passe par la coopération régionale. Mais une vraie coopération ne peut uniquement s’appuyer sur des initiatives publiques. Nous avons alors imaginé, avec le soutien de nos partenaires universitaires, l'IAE de Paris-Sorbonne et l'université Paris-Dauphine, de proposer leur programme MBA International Paris, à Maurice mais surtout en visant un public régional. C'était ambitieux et difficile, mais nous avons réussi ce pari puisqu’aujourd’hui nous avons plus de 170 diplômés sur huit promotions !
Et suite à cette réussite, nous offrons depuis cette année, et toujours avec l'université Paris-Dauphine, un « Executive Master » en Marketing, pour préparer des marketers experts et digitaux dont nos entreprises ont cruellement besoin.

« Nous sommes persuadés que la richesse et la force de Maurice de demain passe par la coopération régionale ». – Noor Adam-Essack

« Nous sommes persuadés que la richesse et la force de Maurice de demain passe par la coopération régionale ». – Noor Adam-Essack


Quels sont, selon vous, les principaux challenges du centre de savoir mauricien ?

Notre « Knowledge Hub » a effectivement de nombreux défis à relever. Que ce soit pour la formation initiale et continue, devenir un hub nécessite des infrastructures ou campus. Il faut surtout construire une réputation, une image cohérente avec les besoins du marché que l'on cible. Cela nécessite d’une part une vraie volonté d'offrir à ces marchés des produits de qualité et reconnus, et d’autre part une connexion aérienne rapide et low-cost à l’océan Indien et l’Afrique.
Ce dernier point est le principal frein au développement de notre activité, et globalement de la coopération régionale.

Qu'est ce qui distingue le MBA IP des autres formations visant les managers ?

Premièrement, en plus des fondamentaux de la gestion et du management, nos participants sont invités à mettre en pratique et mobiliser leurs nouvelles connaissances en réalisant un projet professionnel concret dans leur entreprise. Cette mobilisation est essentielle pour que de nouvelles connaissances deviennent de vraies compétences. Deuxième distinction, nous veillons à avoir parmi nos participants une diversité tant culturelle (48 % de nos étudiants ne sont pas mauriciens) et professionnelle (40 % des cadres proviennent de la direction générale et 48 % de la direction fonctionnelle). Les nombreux travaux de groupes et les échanges importants durant les 300 heures de cours permettent aux managers et cadres de confronter et renouveler leur propre fonctionnement en tant que membre ou leader d’une équipe. C'est parfois difficile, mais l'expérience peut s'avérer transformationnelle pour le participant et lui permet d’ouvrir de nombreuses et nouvelles perspectives de carrières locales et internationales. Enfin, des ateliers d'agilité managériales et un coaching individuel permettent à chaque participant de préparer son développement post-MBA.

Pouvez-vous nous expliquer le principe et l’organisation de ce MBA ?

Le cœur de la formation, c’est dix séminaires intensifs, tous animés par les professeurs de Paris-Dauphine ou de l’IAE de Paris. Ces séminaires sont organisés par cycle de compétences sur une période de seize mois avec un projet professionnel à préparer et soutenir pour clore la formation. Ces séminaires vont de la finance au marketing et au leadership, en passant par la gestion des opérations et des ressources humaines. L’intérêt pour les participants, c’est que la formation est tout à fait compatible avec leurs activités professionnelles, moyennant un effort, bien sûr, car une partie des cours ont lieu le week-end.

Est il possible de bénéficier de subventions?

Notre formation coûte 12 500 euros. Ce prix plutôt intéressant est possible grâce à la volonté des universités partenaires de s’établir dans notre région et celle de AIM d’offrir cette qualité de cours à des cadres de l’océan Indien. La formation MBAIP est prise en charge en grande partie par les organismes qui gèrent les fonds de formation continue comme la HRDC à Maurice ou encore les FONGECIF, AGEFOS ou OPCA à La Réunion.
Enfin, nous offrons une bourse de 1 000 euros aux résidents malgaches pour les aider au financement des frais aériens. Et les candidats soumettant leurs dossiers d'inscription complet avant le 31 juillet bénéficient du tarif « early bird » à 12 000 euros.


Pour intégrer ce MBA, le candidat doit :
- avoir trois ans d’expérience professionnelle à un poste managérial
- être titulaire d’un Bachelor Degree / BAC +3-4
- la validation des acquis professionnels est possible pour les cadres avec plus de 10 années d’expérience managériales.

La sélection des candidats est effectuée sur dossier et suite à un entretien de sélection avec un jury pédagogique. Cet entretien a lieu du 21 au 23 septembre 2015 à Maurice, ou par téléconférence pour les participants ne résidant pas à Maurice.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Le MBA International Paris (MBA IP) fête ses 10 ans

L’Eco austral : Pourquoi et comment avoir fait le choix de créer ce diplôme ?Nathalie Job : En 2005, le panorama de la formation exécutive était assez limité. Seuls des MBA à distance avec des universités britanniques ou sud-africaines étaient possibles. Ces formations organisaient quelques regroupements présentiels. 
Mais pas du tout de la même envergure que le MBA IP. Nous privil...